MUSIQUE

Pour commander cet EP, écrivez-moi à l'adresse suivante:

 

seraphin.clement.music@gmail.com

Avril 2017

VIDÉOS

Esquisses

(Extrait)

PHOTOS

S

T

U

D

I

 O 

P

A

R

I

S

P

O

I

S

S

O

N

B

A

R

B

U

Séraphin

Entre rêverie et poésie, l’univers de Séraphin est une invitation au voyage intime, nocturne, parfois sombre et parfois lumineux. Ancien chanteur et guitariste du groupe angevin Mad Del’y (2008-2014), Séraphin choisit de se lancer dans un projet solo avec ses compositions, ses textes, sa voix et un monde intérieur à partager. Séraphin sort son 1er EP en Avril 2017 : 4 titres pour 4 couleurs différentes. Les morceaux sont enregistrés à Paris au Studio du Poisson Barbu. C’est sur scène, à présent, qu’il veut se révéler dans une formule acoustique, guitare-voix, en toute simplicité pour communiquer et partager ces fragments d’être, dispersés au fil des textes. 

Extrait d'entretien pour la revue culturelle Polyphonie

Revue Polyphonie : Comment tu as commencé la musique ?

 

Séraphin : J’ai commencé la guitare au collège : le copain de ma mère était musicien, c’est avec lui que j’ai fait mes premiers accords de guitare pour pouvoir chanter quelques chansons. J’ai pris des cours de piano à la même période. J’ai surtout travaillé tout seul, à mon rythme et pour le plaisir. Le vrai commencement, pour moi, c’est lorsqu’avec des copains on a formé notre groupe Mad Del’y, en 2008.

 

RP : Comment t’est venue l’envie de produire un EP ?

 

Séraphin : Mad Del’y s’est arrêté en 2014 et je commençais à avoir envie de jouer en solo, d’écrire et de composer pour moi, quelque chose de plus personnel, de plus intime. J’ai voulu sortir un EP pour pouvoir présenter aux gens une première facette de mon univers. Et, en même temps, cela me permet de faire le point sur où j’en suis, sur ce que j’ai envie de faire, vers où je veux me diriger musicalement ; l’EP est un peu une première étape-test. C’est l’envie de concrétiser un premier travail de création. L’idée de réaliser cet EP vient aussi de la chance que j’ai d’avoir un beau-frère qui a un studio d’enregistrement à Paris, dans le XVIIIème : je lui ai fait écouter les morceaux que j’avais enregistré (très salement) et partagé sur Soundcloud et on s’est mis d’accord sur 4 morceaux. Je suis monté à trois reprises sur Paris l’année dernière pour enregistrer tout ça.

 

RP : Quels obstacles et quels coups de pouces se sont présentés sur ta route dans cette production ?

 

Séraphin : Encore une fois, le vrai coup de pouce c’est d’avoir eu la possibilité d’enregistrer à Paris avec Léo au Studio du Poisson Barbu. En plus d’être un super ingé-son, il est multi-instrumentiste : c’est vraiment lui qui a fait 90% du travail. Moi je suis venu poser ma voix sur les 4 morceaux de l’EP et lui s’est occupé du reste ! J’étais venu sans savoir vraiment quelle forme ni quelle couleur je voulais donner à cet EP : on a choisi de se faire plaisir en explorant différents genres. Ce n’est pas un EP avec 4 morceaux guitare/voix mais bien 4 morceaux avec 4 instrumentations différentes. J’ai aussi eu la chance d’avoir des vraies prises batteries sur tous mes morceaux : mon pote Rémi qui jouait aussi dans Mad Del’y est passé au studio enregistrer quand je n’étais pas là ; Léo a aussi demandé à un ami batteur de faire une prise pour « Le temps d’un matin ». Les 6 jours d’enregistrements ont vraiment été top ; c’était aussi l’occasion pour moi de passer du temps en famille. Je n’ai pas vraiment rencontré d’obstacles si ce n’est de m’organiser tout seul au niveau du financement, de la communication et des différentes démarches pour la commande et la mise en ligne de l’EP. Pour la création de la pochette et de la typographie, je ne savais pas ce que je voulais ni à qui demander. Ayant pas mal de potes musiciens, j’ai pu entrer en contact et travailler avec Louise Duigou et Clémence Porcheret, deux filles super et qui ont fait un super boulot. En bref, que du positif !

 

RP : Tes influences musicales ?

 

Séraphin : Jamais évident de répondre à cette question mais, personnellement, j’écoute essentiellement de la musique française. Pour citer quelques artistes ou groupes qui m’influencent : Mathieu Chédid, Noir désir, Alain Bashung, Damien Saez, Mathieu Boogaerts ou plus récemment Feu! Chatterton. Après j’écoute aussi d’autres choses qui m’influencent forcément de manière directe ou indirecte.

 

RP : Je suppose que tu écris à la fois la musique et le texte : qui t’influence sur le plan poétique ?

 

Séraphin : Au niveau de l’écriture, je dirais que ce sont les mêmes artistes qui m’influencent. Les paroles de Bashung, la plume de Damien Saez, les chansons-poèmes de Mathieu Boogaerts… c’est un peu ça que j’aime ! Mon bagage littéraire, les différentes lectures que j’ai pu faire m’ont aussi aidé je crois à développer mon écriture. J’ai écrit un texte récemment directement influencé par un cours d’allemand sur Goethe. J’ai aussi écrit un texte sur L’Idiot de Dostoïevski … Comme quoi, la fac de Lettres reste utile !

 
 
 
 

MUSIQUE

Pour commander cet EP, écrivez-moi à l'adresse suivante:

 

seraphin.clement.music@gmail.com

Avril 2017

CONTACTEZ-MOI

MAIL | seraphin.clement.music@gmail.com

 

TELEPHONE | 06 37 12 88 54

PAGE

FACEBOOK | https://www.facebook.com/seraphin.projet/

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now